Airbourne : Paris , Zénith , 26/3/10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Airbourne : Paris , Zénith , 26/3/10

Message  Phil le Sam 27 Mar - 20:19

AIRBOURNE : Paris Zénith , 26/3/10

A peine No Guts , No Glory (deuxième véritable album du groupe) vient d'atterrir dans les bacs qu'Airbourne déboule sur la capitale , fort de l'énorme réputation scénique dont les quatre Australiens jouissent aujourd'hui.
Après être passé à quelques encablures à savoir au Trabendo , il y a fort peu , le groupe s'offre aujourd'hui un Zénith , ma foi , fort bien rempli pour l'occasion.
Nous oublierons la prestation que je qualifierai de "lamentable" du premier groupe The Prostitutes qui , outre le fait de nous rabattre les oreilles avec son punk rock de série Z , se conduisit d'une façon irrespectueuse à l'égard du public en l' invectivant d'une part puis en concluant son set sur un "magnifique" doigt d'honneur.

Quelques instants plus tard , Taking Dawn monta sur les planches . Oeuvrant dans un hard rock mille fois entendu et desservi par un son que l'on pourrait qualifier de "très mauvais" , le groupe , en une petite trentaine de minutes , dressa un panorama de son album qui , d'ailleurs , était en vente au merchandising.

La foule s'impatientait grandement lorsque soudain les lumières se ré-éteignirent , le backdrop laissant apparaître l'artwork du dernier album .
Les quatre compères , complètement déchainés , déboulent sur la scène en interprétant Raise The Flag extrait de No Guts , No Glory , album qu'il faut soutenir contre vents et marées , certains ayant prétendu que ce dernier était plus mid-tempo . Raise The Flag en est un parfait démenti . Pas de temps mort et c'est là , la devise que le groupe a choisie , pour assurer ce concert qui va s'avérer être une véritable "déflagration sonore". Hellfire , extrait de Runnin' Wild est interprété avec une fougue rarement constatée chez un combo . Autrement dit , ça poutre sévère. Chewin' The Fat , Diamond In The Rough ne doivent rien à personne dans leur interprétation , ravissant ainsi le "jeune" public venu les voir . Bah oui quoi , je suis encore jeune.
La fosse est en ébullition lorsque Joël O'Keeffe asperge les premiers rangs de bière dont il se délecte ensuite (cela demeurera probablement un gimmick que le groupe conservera pour l'avenir). La canette finit sa courte existence de canette , projetée au beau milieu du public qui , comme pour récupérer , un trophée de chasse , se rue sur la petite canette piétinée et re-piétinée par les fans en délire. Délire qui se perpétue avec ces extraordinaires morceaux que sont Blonde , Bad And Beautiful et Born To Kill , ce dernier titre (étiré au maximum) , permettant au guitariste-chanteur de se promener au milieu du public , non pas sur les épaules d'un roadie comme le faisait jadis , un petit écolier célèbre mais tout simplement accompagné d'un roadie , ce dernier se contentant de se frayer un chemin dans les travées d'un Zénith au comble du ravissement.
Le rythme d'enfer imposé par le bassiste Justin Street et le batteur Ryan O'Keeffe me fait me poser la question suivante : mais comment font-ils pour assurer ce train d'enfer tous les soirs ? Girls In Black , Get Busy Livin' , Cheap Wine & Cheaper Women s'enchainent tels des missiles tirés à répétition sur une cible bien réelle , à savoir nous. Le public est atomisé par ce déluge de décibels mais continue , malgré tout , de manifester son enthousiasme. De temps à autre , Joël entre deux rasades de vin rouge (il avalera deux bouteilles à lui tout seul) exhorte son auditoire à se manifester plus bruyamment. Les quatre morceaux que sont What's Eatin' You , No Way But The Hard Way , Too Much , Too Young , Too Fast et Heartbreaker sont délivrés dans des versions pour le moins apocalytiques et encore , il s'agit d'un doux euphémisme.
C'est le moment qu'ils choisirent pour sortir de scène. Les accords de Runnin' Wild se firent entendre dans l'enceinte parisienne , suscitant un enthousiasme non dissimulé de la part du public , qui sur le refrain , offrit un festival de poings brandis , accompagnés de headbangings synchronisés . C'était l'instant de la Communion Solennelle. .
Stand Up For Rock'n'Roll et Blackjack achèvent les fans présents hier soir et parfois l'on se demande aujourd'hui si les élèves n'ont pas dépassé les maîtres.

Raise the Flag
Hellfire
Chewin'
the Fat
Diamond in the Rough
Blonde Bad and Beautiful
Born to
Kill
Girls in Black
Get Livin' Busy
Cheap Wine & Cheaper
Women
What's Eatin' You
No Way but the Hard Way
Too Much, Too
Young, Too Fast
Heartbreaker
----
Runnin' Wild
Stand Up for
Rock 'n' Roll
----
Blackjack ( + Un peu de Runnin Hot ! )

Phil

Messages : 410
Date d'inscription : 14/09/2008
Age : 55

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Airbourne : Paris , Zénith , 26/3/10

Message  it's electric le Dim 28 Mar - 20:53

Tu aurais du me dire que tu était au concert de Airbourne

si ACDC avait 25 ans ils s'appellerait Airbourne !!

Super concert et quelle énergie, le hard rock n'est pas mort,après la vague Métal il revient très fort car il y a beaucoup de bons groupes depuis ces cinq dernières années

it's electric

Messages : 44
Date d'inscription : 11/01/2009
Age : 59
Localisation : 78 yvelines Le Port Marly

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum